L'Artiste : Lise Bloch

 

Le désir de créer est souvent, chez Lise Bloch, stimulé par la rencontre avec l’inattendu, l’étrange... L’émotion née de cette confrontation réveille des souvenirs jusque là profondément enfouis : " En faisant de la gravure, je retrouve des gestes, des sensations de mon enfance et, en même temps, les moyens de traduire ce qui a nourri mes réflexions."
Les oeuvres gravées et peintes présentées ici ont été réalisées à différentes époques. Cependant, ce qui s’en dégage et en fait l’unité, c’est une impression de violence, de densité, de mondes cachés renfermant les forces de la vie, de la mort et les énigmes qui les accompagnent. La richesse des recherches dans l’utilisation des matériaux et des techniques attisent notre curiosité.
L’empreinte, technique privilégiée dans la gravure, met en jeu des éléments disparates, des objets insolites, témoins de l’action du temps ou de la main de l’homme. Elle n’est qu’un point de départ, suivi d’un long travail de composition. L’œuvre réalisée révèle émotions, images, souvenirs, tels ceux du rêve, et d’événements traumatiques de notre histoire contemporaine ou d’ordre personnels. L’empreinte est aussi bien jeu d’enfant que trace de la mémoire et du deuil.
Les matières brutes, contact avec la nature, substitut de sa représentation, favorisent les réminiscences de gravures rupestres.
Le travail sur les noirs, les terres et les rouges, crée un univers dynamique, mais parfois fermé sur lui-même. La recherche autour du blanc a modifié le rythme d’élaboration, devenu plus lent. Il contraste avec l’impulsivité du geste dans les oeuvres précédentes. De ces blancs naît un espace transparent, aérien.
Les archéologues cherchent à remonter aux origines à partir de signes qu’ils découvrent et s’efforcent d’interpréter. Comme les hommes ont gravé dans le roc il y a des milliers d’années, le peintre utilise aujourd’hui les signes de son langage personnel.
Si l’œuvre d’art reste à interpréter, elle demeure, avant tout, appel à notre sensibilité, à nos émotions.

Hélène Dubost

 

 

Répondre à cet article :

 

 

Haut