l’ECRITURE DU FEMININ EN PSYCHANALYSE
Samedi 15 janvier 2005
Bateau Daphné (Quai Montebello)

Bateau "Daphné" à Paris

Sous le haut patronage de Tiresias, Œdipe le Salon propose un débat autour de
L’Ecriture du feminin en psychanalyse
avec Danielle Arnoux, Jean Gerard Bursztein, Olivier Grignon et Claude Maillard
Oedipe le Salon représente par : Francoise Aulard-Macler, Annick Bianchini, Francis Cohen, Daniele Epstein, Delia Kohen, et Jacqueline Massola.

Du continent noir au tableau de la sexuation, l’écriture du féminin, qui se ramifie maintenant dans de nombreux livres d’auteur(e)s psychanalystes, est un fil consistant de l’œuvre de Freud qui s’épaissit tout au long du parcours de Lacan.

Il en résulte au moins que si la rationalité tient sa consistance de ce qu’elle exclut, l’écriture en psychanalyse prend en compte, en la nommant « femme », l’objection à cet ordre rationnel. Ce point de butée auquel s’affrontent les auteur(e)s est aussi un point de relance. De l’énigme à l’invention, l’écriture du féminin.

Exposition des lithographies originales de Bernard-Gabriel Lafabrie
Portraits de 7 femmes psychanalystes

Présentation de
Daniele Epstein
Présentation de
Claude Maillard
Présentation de
Daniele Arnaux
     
Présentation de
Francis Cohen
Présentation de
Jean Gérard Bursztein
Présentation de
Olivier Grignon

 

Cliquez ici

 

 

Haut