L'Invité : mardi 9 septembre 2004

Ali MAGOUDI pour son livre "Le Monde d’Ali"
Editions Albin Michel
Présentation par Charles Sarfati

 

Le livre d’Ali Magoudi s’adresse à tous, aux profanes comme aux spécialistes, et en particulier à ceux qui se demandent à quoi sert une cure. S’il est communément répandu qu’une analyse dure des années... Alors comment concilier cela par exemple avec une souffrance aigüe ou une décision importante à prendre (choix d’une profession, demande en mariage...) ?

Ali Magoudi ne louvoie pas. Il affronte les questions et y répond. Outre un argumentaire tenant compte de l’époque qui est la nôtre - on ne peut plus parler de la psychanalyse comme il y a cinquante ans - il met en place une méthode pour se donner les moyens de lutter contre sa possible disparition et pour susciter chez autrui le désir de faire un travail sur soi, autrement dit pour transmettre la psychanalyse. Les mots sont lancés : la transmission ou la mort ; car elle a bel et bien disparu aux Etats-Unis et failli s’éclipser en Europe, sans l’arrivée de Lacan. Actuellement rien ne garantit sa survivance. Elle pourrait s’engoncer dans un académisme de bon aloi. Comment se positionner face aux thérapies nouvelles ou face à l’offensive des laboratoires pharmaceutiques ?

Qu’apporte la psychanalyse et que ne peuvent pas apporter les autres thérapies ? Que peut y trouver de spécifique celui ou celle qui s’y engage ?

Disons qu’outre un mieux-être, elle donne du possible au possible à celui qui s’y engage; elle provoque une modification des coordonnées de l’existence.

Mais faisons une pause : ce qui vient d’être dit a déjà été dit. La nouveauté avec ce livre tient à ce que l’auteur, psychanalyste, va raconter sa propre analyse. Voilà qui est rare dans le sérail. " Afin d’être compréhensible je rendrai public certains éléments de ma biographie. Je présenterai des remaniements existentiels produits par ma cure ". Ali Magoudi en sait quelque chose et c’est cet intime qu’il livre courageusement à notre réflexion.

Charles Sarfati

 

 

   
     
 
       

 

Répondre à cet article :

 

 

Haut