L'Invité : mardi 10 fevrier 2004

Nicole ANQUETIL pour son livre "Scènes de la vie psychiatrique ordinaire"
Editions érès
Présentation par Charles Sarfati

Le livre de N. Anquetil est construit autour d’une vingtaine de situations psychiatriques. N. A est psychiatre des hôpitaux ; psychanalyste ; membre de l’association Lacanienne Internationale ; présidente des Amis du Journal Français de Psychiatrie et membre de l’A.M.C.PSY. Les personnes qui travaillent dans le sillon de la santé psychique " reconnaîtront parfaitement les ambiances, les lieux, la rhétorique utilisée... : En intra, en réunion de synthèse, en CMP, en VAD etc. Cependant, si ces croquis sont précis quant aux mots, quant aux paroles rapportées, ils deviennent beaucoup moins précis quant aux lieux ou au décor.

Ce sont les mots en définitive qui plantent le décor. Ce livre capte des situations et nous en restitue quelque chose d’incisif qui produit sur le lecteur un effet de sidération et de lumière. Le style est léger, rapide et brillant. Chaque chapitre, est construit comme un mot d’esprit avec son effet de surprise. Rétroactivement le croquis nous apparaît plus intéressant qu’à la première lecture.

Même s’ils ne font que deux ou trois pages, ils excèdent cependant ce côté comptable parce qu’ils comportent quelque chose de plus : ils montrent comment, à partir de ce qu’il y a de plus trivial dans le travail quotidien en psychiatrie, on passe à un autre niveau plus fin comme l’écoute du jeu du signifiant, ou le problème théorique que soulèvent telle ou telle type d’écoute. Pas seulement théorique, mais éminemment clinique, pratique et politique. Nous voyons une fois de plus à quel point la clinique est solidaire de la société dans laquelle nous vivons.

Dans la préface, Ch. Melman dit de ce type d’exercice concernant ces " instantanés ", qu’ils constituent " cette situation rare où l’instant de voir se confond avec le temps pour comprendre et sollicite l’urgence du moment de conclure ". On ne peut qu’être d’accord avec cela. Un autre enseignement est le rappel de l’importance de l’écoute active chez le psychanalyste ; s’il veut bien accepter de se laisser surprendre.

L.TEBOUL s’est chargée de la gravure des dessins.

Charles SARFATI

 
     

 

Répondre à cet article :

 

 

Haut