L'Invité : mardi 13 avril 2010

Pierre Bruno pour son livre "Lacan passeur de Marx" L'invention du symptôme
Editions érès
Présentation Francis Cohen et Serge Sabinus

Je voudrais poursuivre autour de la question du désir et de la jouissance. La théorie de Marx en tant qu’elle se fonde sur la plus value et comme la reprend Lacan, est adossée au désir. Mais cet appui a un prix – et vous le notez précisément dans votre livre – ce prix est l’omission de la jouissance ; pour poursuivre sur la question du symptôme, vous avez une hypothèse de travail qui parcourt votre livre : Le symptôme, écrivez vous, structure le sujet, le constitue. L’infans, rappelez vous, est baigné dans le langage, il est parlé et la toute première position  qu’il doit tenir – voilà votre hypothèse – c’est de dire "non" à cette emprise par le langage de l’Autre. En quelque sorte, il aurait à tenir cette parole "je refuse" et, plus exactement en termes de jouissance, "je refuse d’être joui par l’Autre"; c’est la condition d’établissement du sujet, condition d’accès à son propre langage et c’est là où vous situez le premier symptôme comme symptôme structurant. Ceci pose alors une question logique : Qui tient cette position, cette parole de refus, qui parle pour dire "non"? Qui parle pour dire "Je"? N’est on pas ici au cœur  de la division du sujet?

Serge SABINUS

Cliquez ici

 

 

Haut