L'Invité : mardi 13 janvier 2009

Richard ABIBON "Le rêve de l'analyste" Essai - éditions Le Manuscrit
Présentation Serge Sabinus

         Je suis très heureux d’ouvrir cette nouvelle année que je vous souhaite belle et heureuse avec le livre de Richard ABIBON « Le rêve de l’analyste » paru aux éditions le Manuscrit. Je mentionne ici l’éditeur en pensant que nous pourrons reprendre cette question des politiques éditoriales, certainement fidèles miroirs du malaise de la psychanalyse dans l’actualité de notre société, il semble bien  en effet que le scandale « ne paye plus » !!

         Le SALON ŒDIPE et son groupe de lecture s’attache depuis de nombreuses années à suivre les arcanes de ce que devrait être/pourrait être/ de ce qu’est (ou non) un livre de psychanalyse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je voudrais rendre hommage à ce travail, à cet effort continué qui a toujours cherché à se tenir à l‘écart – et cette année plus que jamais – de tout « bling-bling », de tout clinquant institutionnel dans lequel semble se vautrer avec hargne et délice un certain de nos confrères et aujourd’hui concurrent ! Rendre hommage à ce travail toujours en cours – work in progress- parce qu’il inclut chaque auteur qui vient ici s’y risquer comme aussi chacun d’entre vous, chaque mois, qui vient se prendre au jeu de l’écoute attentive, de la relance et de la singularité.

         Oui, je suis bien content d’être avec ce livre et avec son auteur, précisément parce qu’il jette un éclairage vif sur ce qu’est ou pourrait être un livre de psychanalyse : un livre de psychanalyste. Et un livre de psychanalyste c’est une écriture qui offre toute la place à une parole tenue en son nom, au cœur même de la cure, dans ses moments les plus vifs.

         Alors, le livre : Richard ABIBON nous livre (!) le travail de son inconscient comme il progresse, s’écoute, se lit, se masque, se voile, se moque, aime et se déchire au gré de 3 ou 4 cures avec ses analysants. Ce sont les ressorts du travail de cet inconscient que l’auteur cherche à nous dévoiler, dès les premières pages, en nous proposant, nouée aux séances, l’analyse de ses propres rêves, c'est-à-dire la mise en évidence – par le rêve ET par l’écriture du rêve – du désir de l’analyste en acte. Voilà la mise que Richard ABIBON met en jeu dans le transfert, lieu de résonance entre le désir de l’analyste (selon le mot de Lacan) et le « rêve de l’analyste » selon celui de Richard ABIBON.

         Il y a dans ce travail une exigence éthique et une exigence de méthode. Ethique en tant que c’est sa propre parole à lui, l’analyste, exclusive, unique, en tant qu’elle et elle seule légitime son écriture. Richard ABIBON prend régulièrement la précaution de nous avertir que c’est toujours lui qui parle – et qu’il s’en trouve divisé. Il s’agit là, me semble-t-il, d’une éthique du bien dire, une éthique de l’interprétation « juste, sans être nécessairement vraie ».

         Et puis la méthode : l’analyse des séances proposée dans le livre ne se légitime que d’un travail sur ses propres rêves. Pas de cas clinique, pas de vignette (il est vrai qu’il a été démontré ici même, par Guy le GAUFEY et Eric PORGE la vanité à prétendre exhausser leur singularité à l’universel). Non, ici il ne s’agit que du singulier d’une parole et, pour rapporter le dire des analysants, du singulier de l’inconscient de l’analyste au travail.

         On sait l’exigence freudienne d’avoir à réinventer avec chaque cure la psychanalyse, et cette exigence est ici mise à l’épreuve, ce dont témoigne Richard ABIBON, dans le fait même de rêver, de sortir le rêve produit par l’analyste de son trou d’oubli et de silence en le parlant à d’autres, à l’autre (je fais là mention de la pratique de son séminaire et de l’écoute attentive et régulière que lui propose une collègue). Sortir le rêve de son trou pour le tordre dans les mots et la voix et accomplir encore une ultime torsion dans l’écriture et le passage au public.

         Les références théoriques de l’auteur sont lacaniennes et, plus exactement, topologiques. S’il me semble qu’il y a une hypothèse sur le transfert, c’est en tant qu’il a une structure topologique, moebienne : «  … c’est la profondeur du transfert, dont nous voyons bien ici qu’il n’est pas seulement pétri des sentiments de l‘analysant pour l’analyste. Le transfert se présente essentiellement comme une identification de l’analyste à l’analysant » (pp 189). Et cette hypothèse de travail que soutient l’auteur laisse supposer que TOUT rêve de l’analyste EST un rêve de transfert, à la mesure exacte où l’on pose, par principe, chaque rêve d’un analysant comme animé d’une composante transférentielle. Voilà ce que nous propose Richard ABIBON : l’analyste rêve de ses analysants et –dirai-je- c’est son rêve qui va, dans la cure, le tenir éveillé !

Encore un mot sur la méthode. Richard ABIBON la décrit comme doublement axée : horizontale sur l’horizon des avancées lacaniennes, et l’auteur, non sans un certain didactisme souvent malicieux, nous propose sa lecture de l’objet a, de la pertinence du phallus, du martelage de l’Un sans oublier la tournante des 4 discours. J’aimerais prendre l’exemple de ce qu’il nous dit de la pulsion de mort comme lecture de Freud et de Lacan avec ses propres lunettes originales : « L’hypothèse de la pulsion de mort se formule alors ainsi : la chose qui n’a pu se dire doit être détruite afin d’en produire une représentation plus facilement maîtrisable que l’évènement lui-même. »  (En tant qu’elle donne accès au symbole). (pp 297).

         Axe horizontal mais aussi axe vertical, axe du texte freudien. Le travail présenté ici témoigne de l’actualité pour chaque analyste d’avoir à reproduire le geste fondateur de FREUD quand il invente la psychanalyse et la découvre dans son autoanalyse. C’est la geste épique, fondatrice, courageuse, de la TRAUMDEUTUNG. Ce que j’aimerais pointer au cœur, dans l’épaisseur du texte et de l’expérience, comme témoin d’une écriture de psychanalyste, c’est peut-être cette dimension –déjà avancée par LACAN – du courage, un courage, on le lira dans le livre, qui ne manque jamais d’humour et d’audace. Ces trois ingrédients – courage, humour, audace – ne manquent en effet jamais de soutenir la « justesse » d’une interprétation, me semble-t-il ! Ainsi l’auteur, à partir du texte freudien, nous rappelle sur plusieurs chapitres justement logés au cœur du livre, le geste de FREUD lisant dans son propre rêve les mots de son analysant.

         Le plaisir de lecture porté par un style vif, malicieux, précis, est traversé de passions, appelant l’identification du lecteur à l’analyste par un autre tour du transfert. On ne manque pas d’être ému, touché par Estelle – déchiquetée dans son identité, envahie de mère morte, violée par son père et son frère, envahie et violée par un terrifiant démon, implorant « monsieur Abibon » de le chasser de son corps. Nous sommes surpris et parfois même aussi inquiets que l’analyste lui-même devant ses propres audaces, ému et émoustillé par la belle Aldjia, ému et fasciné par Pierre, ses refus, ses terreurs et les impasses forclusives de la castration.

         « Disons simplement que je me sens entamé, ou touché, par la distance que je peux mesurer entre la  hauteur de la confiance qu’elle [son analysante, Estelle] m’accorde et l’impuissance à laquelle il me faut me résoudre.
         Au fond il y a dans cet écart un manque qui n’est pas impossible de situer du côté du vide nécessaire à l’accomplissement du fonctionnement de la parole, soit quelque chose de l’ordre du Nom-Du-Père. Oui, c’est cela la parole : l’impossibilité de faire advenir des Choses en lieu et place des mots. L’impuissance à faire des miracles. » (Page 108)

         Tout autant, me semble-t-il, c’est bien cette parole jointée à  cette impuissance qui fondent le brasier du désir de l’analyste en acte. Parole et impuissance qui animent le jeu topologique du transfert. Richard ABIBBON pose d’emblée – en bon lacanien c’est vrai mais en juste freudien surtout – combien le transfert met en scène les torsions des catégories traditionnelles du dehors et du dedans. Qui est qui et qui parle ? Questions massives qui animent le mouvement des cures et par lesquelles l’analyste ne peut pas ne pas y entendre les échos de sa propre histoire – assourdis ou éclatants – Et de cela, il en rêve !

         Nous allons certainement y revenir et je ne vais donc que mentionner la position éthique, théorique de l’auteur quant à la structure. Il n’y a pour lui qu’une seule structure – et en cela il dit suivre exactement LACAN – qui est celle du langage. Deux citations :
« …ce n’est pas la structure qui est psychotique, ni le sujet, ni sa personnalité. C’est un certain moment de dialogue avec ses voisins qui peut être qualifié ainsi, modalité de la structure de langage dont il me parle comme langage objet au sein du discours à modalité névrotique qu’il m’adresse. » (pp 352)
Et :
« Je ne souhaite pas oublier que je fais partie de la structure, ce qui est une gageure telle que se mettre à la fenêtre de la structure pour se regarder passer dans la rue » (pp 354).

         Pour amorcer peut-être un débat, je me permets de dire un mot sur ma conception de la structure comme étant une modalité qu’adopte un sujet aux prises avec la castration selon les 3 catégories freudiennes de la dénégation/du déni/ et de la verwerfung (forclusion).

         Avant de te laisser enfin la parole, une dernière remarque et une question pour lancer les choses ; une remarque  critique : encadrant ton texte, dans les toutes premières lignes introductives et dans les toutes dernières, conclusives, se trouvent d’étonnantes assertions, un rien assénées d’ailleurs. Je lis :
« INTRODUCTION. L’analyse repose sur le fonctionnement du transfert. –Jusque là pas de problème ! – sentiment d’amour partagé entre l’analysant et l’analyste. » . Voilà un bien déconcertant retour de l’amour triomphant oublieux des égarements et de l’omniprésence de son double obligé, la haine !

Et, en conclusion (enfin une conclusion qui, à la manière des chanteurs à succès vieillissant ne cessent d’annoncer leur retrait de la scène, est suivie de 3 chapitres, au demeurant bien intéressants) : « CONCLUSION. J’ai ouvert cette problématique sur celle de la prise en charge, non en termes de suivi, comme on le dit trop souvent en institution, mais en allant jusqu’au bout de ce que cela peut signifier en termes inconscients : jusqu’au désir de l’analyste de porter en soi l’analysant comme un bébé ».

         Voilà une « nomination » du désir de l’analyste qui appelle commentaire !

         Ma question pour finir : Comment s’est imposé à toi ce souci obsédant de relever tes rêves, d’en systématiser leur analyse et, dernière torsion moebienne après passage par les arcanes du transfert, d’en faire œuvre ?

SERGE SABINUS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

Cliquez ici

 

 

Haut