Passeur des livres

Claude Crozon-Navelet
"LA CLINQUE PSYCHOLOGIQUE" De la formation à l'exercice d'un métier
Editions Frison-Roche

 

Max Kohn, psychanalyste à la Maison de la Mère et de l'Enfant à Paris, membre d'Espace analytique, Maître de conférences habilité à diriger des recherches à l'Université Paris Diderot - Paris 7, Prix Max Cukierman 2006, dernier ouvrage paru, KOHN, Max, Vitsn. Mots d'esprit yiddish et inconscient, Limoges, Lambert Lucas, 2008.


Le livre que vient de publier Claude Crozon-Navelet fait suite à deux autres ouvrages qu’elle a publiés : Psychologues au risque des institutions. Les enjeux d’un métier, en collaboration avec Brigitte GUÉRIN-CARNELLE, Paris, Éd. Frison Roche, 1997 et Œdipe, les vérités clinique du mythe. Aux sources de la psychopathologie, Ramonville-saint-Agne, Éd. Érès, 2000.

Je travaille avec Claude Crozon-Navelet à la Maison de la Mère et de l’Enfant où nous animons des réunions cliniques avec les auxiliaires de puériculture et les éducatrices à propos de problèmes qui se posent dans l’institution. Les questions de l’équipe sont abordées en commun dans des réunions cliniques où chacun expose à tour de rôle son point de vue et où nous intervenons à la fin pour faire résonner la voix de celui qui en réalité prend la parole indépendamment de celui que l’on croit entendre parler. Le travail clinique se réalise dans cette institution sous cette forme depuis que j’y travaille, c’est-à-dire depuis le début de l’année 1985. Claude Crozon-Navelet a rejoint notre équipe en 1996. Nous avons eu l’occasion de publier un article en commun : « L’intervention psychologique en Centre maternel » in L’information psychiatrique N° 1, vol. 77, 761, janvier 2001, p. 55-60, réédité in KOHN (M.), Traces de psychanalyse, Limoges, Lambert-Lucas, 2008, p. 263-273. J’ai moi-même eu l’occasion d’écrire un autre article sur ce travail : « La naissance est-elle un événement ? Réflexions à partir d’un travail dans un foyer maternel », in Les Cahiers de Cliniques psychologiques, N°18, 1993, 39-43. Réédité in KOHN (M.), Traces de psychanalyse, Limoges, Lambert-Lucas, 2008, 119-129 et aussi, dans la troisième partie de mon livre Mot d’esprit, inconscient et événement, Paris, Collection Psychanalyse et Civilisations dirigée par Jean Nadal, L’Harmattan, 1991, intitulé événement dans la clinique, p. 121-183.

Il faut d’abord saluer l’intérêt de cet ouvrage à l’égard du travail que nous faisons à la Maison de la Mère et de l’Enfant. Malgré toutes les difficultés qui peuvent exister dans le milieu institutionnel lorsque l’on essaye de se référer à la psychanalyse, nous pouvons dire qu’il y a là un véritable travail clinique qui prend comme modèle la psychanalyse. Sans qu’il n’y ait à proprement parler de psychanalyse de qui que ce soit : ni des mères, ni des enfants, ni du personnel, ni même encore de psychanalyse institutionnelle.

Le nouveau livre de Claude Crozon-Navelet est intéressant non seulement par rapport à la mise en perspective de notre travail clinique à la Maison de la Mère et de l’Enfant dont il est question, mais encore à travers les autres références cliniques étudiées. Il est également à recommander pour un public s’intéressant à la place de la psychanalyse et du psychologue clinicien aujourd’hui dans la vie sociale et en particulier en institution. Je crois que l’intérêt majeur de ce livre, tel que Claude Crozon-Navelet le développe dans son introduction, est de montrer qu’il n’y a pas d’intervention psychologique qui ne repose sur une démarche clinique. Elle soutient profondément l’idée d’une unité du champ psychologique où, malgré la diversité des disciplines et des apparences, le psychologue se caractérise par cette dimension de l’intervention et ce qui définit son action. Les modalités de son intervention sont fondamentalement liées à une démarche clinique, même si en apparence ce n’est pas ce qui est visible.
Le livre est dédié à la mémoire de Didier Anzieu ainsi qu’à la CNCDP (Commission Nationale Consultative de Déontologie des Psychologues) dont Claude Crozon-Navelet a été la première présidente.

L’ouvrage développe dans une première partie l’avènement et la structuration de la clinique psychologique en situation. Dans une deuxième partie : la clinique psychologique en situation, la clinique de la recherche, la clinique de l’intervention praticienne où il est question de notre travail. Et encore : la clinique psychologique à la Maison de la Mère et de l’Enfant, la clinique psychologique à l’épreuve des réalités, c’est-à-dire un questionnement sur ce qu’il se passe aujourd’hui, dans l’état actuel des choses s’agissant du travail en institution.

Je crois que cet ouvrage peut intéresser un vaste public préoccupé par la place de la clinique dans le monde contemporain et en particulier en institution. Il concerne les étudiants soucieux de leur avenir et leur formation, qui n’ont guère envie d’être jeté en pâture sur le marché du travail avec une formation insuffisante pour les avertir des dangers qu’ils rencontreront en institution.

Claude Crozon-Navelet est très consciente de l’aspect pervers développé par les institutions à travers un dévoiement total de leurs buts et fonctions réels, probablement assez inévitables en général. D’ailleurs, dans sa conclusion, elle est assez virulente à l’égard de tous ces dévoiements, y compris dans le champ universitaire.

Ce qui caractérise ce livre, c’est un très grand amour de la clinique, que l’on peut d’ailleurs remarquer à travers la pratique de Claude Crozon-Navelet dans le travail institutionnel que nous faisons, ainsi qu’un intérêt considérable pour la question de la transmission et de la formation. L’ouvrage intéressera donc véritablement un très large public et je ne saurai trop le recommander pour enrichir la réflexion sur la place de la psychanalyse et de la clinique dans le monde d’aujourd’hui.

      Max Kohn

 

Répondre à cet article :

 

 

Haut