Passeur des livres

Nazir Hamad
"ADOPTION ET PARENTE : questions actuelles"
Editions érès

 

Pierre-Christophe Cathelineau est l’auteur de "Lacan, lecteur d’Aristote" paru en 2005 aux éditions de l’Association Lacanienne Internationale. Il est membre de cette association et responsable du groupe de Cordoue, groupe d’études et de recherche sur les textes sacrés.
Il contribue régulièrement à la revue la Célibataire et à la Revue Lacanienne. Il est membre du comité de rédaction du site freud-lacan.com sur lequel il publie également ses articles.

La remarquable étude de Nazir Hamad pose, comme son titre l’indique, des questions très actuelles sur l’adoption et la parenté dans un paysage sociologique qui s’est beaucoup transformé depuis dix ans.
Jamais la demande d’adoption n’avait été aussi forte avec des dizaines de milliers de couples en attente. C’est désormais de l’étranger que vient l’enfant par le biais de l’adoption internationale.
Qu’en résulte-t-il pour l’enfant adoptif ? Les vignettes cliniques présentées par l’auteur sont d’une extraordinaire richesse. Elles attestent toutes de ce malaise ressenti par les enfants adoptifs à l’orée de l’adolescence ou de la jeunesse, lorsque revient pour eux avec insistance la double question de la filiation et de l’origine. Surgit alors l’interrogation insoluble sur les vrais géniteurs, et particulièrement sur la mère génitrice, tandis que les relations aux parents adoptifs paraissent marquées par une forme plus ou moins affirmée de défiance.
Ce que laisse entendre ce parcours attentif à la parole des sujets, c’est que les obligations d’une charité exercée à l’échelle de la planète par des personnes en mal d’enfants ne sauraient pour les enfants adoptifs remplacer le désir. Cette vérité est sue par le sujet et il ne se gêne pas pour la faire savoir à ses parents, quand il ne se lance pas à la poursuite éperdue de sa génitrice, supposée plus authentique. Tels sont les impasses du désir ravalé à l’économie du besoin dans le cadre de l’échange mondialisé.
L’autre enseignement intéressant de cette étude concerne l’adoption par les couples homosexuels. La référence aux travaux d’Ellen Lewin et de nombreux autres auteurs américains contemporains éclaire d’un jour original cette problématique. Le désir d’adoption coïncide avec le souhait pour le sujet homosexuel de coller aux normes sociales et de revenir ainsi aux traditions familiales séculaires, comme s’il désirait par là rompre avec l’idéal d’autonomie, de marginalité et de jouissance lié aux standards de la vie homosexuelle et que la perversion du désir nécessitait cet appui pris dans une version du père qui lui confèrerait enfin une légitimité symbolique impossible à asseoir. L’adoption internationale est là encore un recours pour répondre à une demande à laquelle les circuits de l’adoption institués au niveau national font pour l’instant obstacle.
L’enfant adoptif venu d’ailleurs se trouve donc exposé à satisfaire de sa place le vœu d’avoir un enfant hors lien hétérosexuel. S’il est vrai que l’hétérosexualité peut conjoindre le symbolique de la filiation pris dans la différence des sexes et le réel de la fécondation, quelle conséquence aura le dénouage de ces dimensions pour l’enfant adopté ? C’est à cette question essentielle que nous invite à réfléchir cet excellent ouvrage de Nazir Hamad.

      Pierre-Christophe Cathelineau

 

Répondre à cet article :

 

 

Haut