Passeur de livre

Richard Abibon
"Scène Primitive" Une enquête psychanalytique sur l'origine.
Editions L'Harmattan, Collection Psychanalyse et civilisations, 2011

Pierre Boismenu,

Psychanalyste a Limoges; membre du Cercle freudien.
Publications: Sur Ie point de savoir (ed William Blake), Captivite (in: Destruction de l'homme, ed William Blake), L 'analyste aux pieds nus (in C.Maillard: Fenesie a Saint Anne. Ed Frenesie), Insu-rection (in C.Maillard: La grande revolte, ed Artuis), Une certitude de diagnostic (in Legrand de Saulle: La folie du doute Ed Frenesie), Quand Ie sexuel ferait Loi (revue Che voi?n022), Guerir de la verite, derider Ie symptome (site du Cercle freudien)

Pierre Boismenu à lu le livre "Scène Primitive" de Richard Abibon.

Sa scène primitive

Pourquoi dans la vie quotidienne le récit d'un rêve de l'autre est-il en général si ennuyeux, voire agaçant s'il insiste à exhiber sa petite affaire, laquelle n'est pas simplement intime car de ça on pourrait en avoir la curiosité mais plutôt extime: pas même lui-même dont on pourrait s'approprier des particularités cachées mais l'autre en lui qu'il ignore et qui fait énigme de sa singularité de sujet? Sa petite histoire sans queue ni tête, comme on dit sans trop  réfléchir à ce qui s'y mord moi le nœud, on ressent que c'est son affaire à lui d'en jouir pour le meilleur de sa délectation à faire durer ou le pire de son angoisse à faire cesser. Or la jouissance de l'autre sujet, pour le moins ça indiffère, quand ça n'irrite pas le poil de se sentir à ce point exclu, jusqu'à en exclure l'autre de son champ, en l'amorce d'une haine qui fait tous les racismes. Y aurait-il alors un racisme anti-rêveurs, le plus extensif de tous car il concerne tous les autres sauf moi; sinon le plus violent car il est plus facile de rendre à son insignifiance de « n'importe quoi » cette brume du matin dont l'autre est censé couvrir une identité reconnaissable?

Télécharger le fichier complet au format pdf

 

Cliquez ici

 

 

Haut