Passeur des livres

Stéphane Michaud éd.
"CORRESPONDANCES DE FREUD" Presses Sorbonne Nouvelle, 2007

Auteurs : Michael Molnar, Fernand Cambon, Olivier Mannoni, Judith Dupont, Claude Nachin, Ingeborg Meyer-Palmedo, Stéphane Michaud, Henriette Michaud, Michel Deguy.

   

Geneviève Piot-Mayol a lu ..
Publications
"Un homme au féminin", Les Carnets de psychanalyse, n° 9, 1998.
"La trace et le signifiant dans le rêve", Les Carnets de psychanalyse, n° 11, 2001.
"La satisfaccíon y el significante en el sueño", Escritos Leídos, n° 6, Décembre 2000.
"L’Autre dans le rêve", Intervention au colloque inter-associatif sur le rêve publié dans les actes du colloque 2001.
"Traumatisme et répétition", Les Carnets de psychanalyse, n° 12, 2002.
"Camille Claudel, ou la féminité comme fiction", Les Carnets de psychanalyse, n° 13, 2003.
"Il était une fois Hélène Smith". Genève 1895, Essaim, n°18, Printemps 2007.
"Retour à Michèle Montrelay", La portée de l’ombre, avec Michèle Montrelay ouvrage collectif, edition des crépuscules, à paraître, Automne 2008

Ce livre rassemble les neuf communications d’un colloque à la Sorbonne et à la Maison d’Amérique latine, organisé à l’automne 2006 à l’occasion du 150è anniversaire de la naissance de Freud. La couverture — un montage original réalisé à partir d’une photographie de Freud relisant le manuscrit de son Moïse à sa première adresse londonienne — invite à la lecture, qui peut se faire à partir de deux index. Celui des lieux guide vers Vienne et Berlin, mais aussi Rome, Athènes, Stratford, Londres etc. Celui des noms propres témoigne de la présence de psychanalystes, mais aussi d’écrivains et de philosophes.
L’enjeu du livre est de faire se croiser des disciplines souvent cloisonnées dans leur propre recherche (littérature, histoire, traduction, psychanalyse), à propos de la plus importante correspondance de l’histoire, riche, comme le précise Michael Molnar, conservateur du Freud Museum de Londres, de plus de vingt mille lettres publiées, et dix mille encore qui attendent l’autorisation de publication. Chaque étude éclaire un volet ou un aspect de la correspondance de Freud. En 1984, un numéro de la revue de René Major (« Confrontations » n° 12) avait déjà fait un point sur la question des correspondances de Freud. C’était le moment de découverte et de traduction de la correspondance avec Ferenczi (1500 lettres), et Judith Dupont y avait participé. Elle apporte dans le présent volume le complément savoureux d’une étude comparée de l’humour de Freud, campé comme un « joyeux pessimiste » et celui de Ferenczi, l’« optimiste désespéré ».

Au cours des cinq dernières années, de nouveaux pans de correspondance ont été traduits ou édités, et c’est le mérite du livre de faire le point avec les traducteurs : correspondance complète de la correspondance Freud/Abraham, Freud/Eitingon (1800 lettres), Freud/Rank, Freud/ Anna (pas encore traduite en français), Anna Freud/Lou Andreas-Salomé. Ces correspondances sont situées à la fois dans leur contexte géographique et politique et dans l’histoire de la psychanalyse, contribuant à la connaissance de l’histoire du mouvement psychanalytique. On y découvre l’étonnante variété des styles épistoliers de Freud qui s’adaptait à chaque correspondant. Dans l’adresse singulière à chacun, ne peut-on déceler l’affleurement d’une énonciation au-delà du contenu de l’énoncé, qu’il soit théorique ou personnel ? Freud lui-même écrit à Stefan Zweig : « Plus encore que de ce qu’on lit, on se réjouit de ce qu’il y a derrière dans l’esprit de l’auteur » (p. 127). L’esprit, n’est-ce pas ce qui permet au message d’être adressé et reçu à travers la matérialité des petites lettres ? Message qui peut être entendu hors contenu de signification . La lettre aurait alors pour destinée d’être prise à la lettre, grâce à l’esprit de l’énonciation .
Ainsi Michel Deguy se lance dans une improvisation qu’il intitule « Correspondance à Freud » , une sorte de « lettre ouverte à Freud » . Il aborde « ce que Freud lui-même appelle la culture dans son devenir malaise » avec la difficile question du sublime et de la sublimation.  Il est difficile de passer de la pulsion à l’élan … Avec l’élan il s’agit du mouvement ou transport , inventant le sublime ….La sublimation atteint une « espèce subtile »comme en chimie ; une « représentation », si vous voulez, qui n’est pas une idole, pas même une idole langagière : une vérité pensive même si pour tenir en pensèe elle s’offre, et se maintient(affaire de contenance)en fable, en figure attachée à sa lettre ;ce qu’on écrit par exemple dans une lettre…à Freud . (p.152)  Cette « vérité pensive » , contenue dans la fable attachée à sa lettre , n’est-elle pas proche de la position énonciative, de la présence de l’auteur dans sa pensée naissante ?

 Olivier Mannoni analyse les 1850 feuillets de la correspondance avec Eitingon, retraçant le combat pour la cause de la psychanalyse et son histoire entre 1926 et 1939. Lecture essentielle pour comprendre les rouages et cahots de la machine analytique (mais en juin 2008, la traduction, achevée, n’est pas encore parue chez Hachette).
Claude Nachin s’intéresse à la correspondance Freud-Rank, en lien avec Ferenczi et le Comité secret, les premières revues, les premières scissions.
Fernand Cambon, laissant au lecteur le plaisir de découvrir la correspondance avec Karl Abraham ( qu’il a lui-même retraduite dans une version complète), souligne un point culturel important : l’antagonisme austro-prussien qui éclaire– non sans une amicale ironie - les lettres échangées par le viennois Freud et le berlinois Karl Abraham, tous deux Juifs, chacun vivant dans une aire distincte de la germanophonie. Il souligne aussi l’importance de cette « règle fondamentale » du traducteur : « n’établir aucune hiérarchie de valeur entre les différents registres du corpus ». C’est un principe que je respecte dans toutes mes traductions estimant par exemple ne devoir aucunement négliger une anecdote narrée à la marge d’un texte théorique . Il doit valoir a fortiori dans la traduction d’une correspondance, a fortiori dans la correspondance échangée par deux analystes, et de surcroît, deux analystes fondateurs. Il y avait là comme une adéquation privilégiée à préserver entre l’énoncé et la position énon ciative.(p34) Cet intérêt pour l’anecdote est comparable à celui de l’analyste pour le détail d’un récit ou d’un rêve. C’est ce qui permet d’entendre l’énonciation à travers l’énoncé même si, à mon avis, il n’y a pas nécessairement adéquation de l’une à l’autre.

Sur un versant plus personnel de la vie de la famille Freud, l’éditrice allemande de la correspondance Freud/Anna Freud, Ingeborg Meyer Palmedo, commente la position complexe d’Anna à l’ombre de son père (mais le texte, qui vient de paraître en allemand, n’est pas encore disponible en français).
Stéphane Michaud, également auteur d’une biographie de Lou Andreas-Salomé,nous fait entrer dans l’amitié passionnée de Lou et d’Anna. En 1921, Freud avait confié Anna à celle qui est « à jamais supérieure par sa joie ».(p.95)

 Dans « Correspondance pour Londres », Henriette Michaud évoque le jour de 1938 où Freud quitte Vienne pour l’Angleterre. Lettres à l’appui, elle interroge le rôle de Shakespeare dans la construction de la psychanalyse, en déroulant le « fil Shakespeare » pendant cinquante années d’échanges épistolaires. L’énigme du « Shakespeare de Freud », se creuse tout au long du texte, à partir d’une question : comment « le fils d’un humble gantier de Stratford », selon l’expression de Stéphane Michaud, peut-il être l’auteur d’une œuvre aussi considérable ? Cette question renvoie à l’interrogation de Freud sur lui-même : comment le fils peut-il dépasser le père et devenir le père d’une œuvre ? Henriette Michaud montre aussi comment Shakespeare et Moïse, les deux colosses aux pieds d’argile, ont permis à Freud de produire une scène du déplacement. Au-delà d’un travail d’enquête, il me semble que ce parcours aboutit, comme dans un trajet analytique, à la découverte d’un espace vide qui ouvre sur la métaphore.

      Geneviève Piot Mayol

 

Répondre à cet article :

 

 

Haut